Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen Hauptseite

Die SVV heisst jetzt: Swissveg
Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Die SVV heisst jetzt: Swissveg
Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch

Information ou désinformation?

La presse écrite s’adresse à un très vaste public. A ce titre, elle représente un outil privilégié de propagande par la désinformation. Celle-ci consiste à répandre de fausses nouvelles dans le but d’influencer l’opinion. Le mécanisme est simple: il suffit d’associer le nom d’un personnage public ou d’un organe officiel à une théorie erronée pour l’entériner et convaincre le lecteur de sa véracité.
Ce mécanisme était par exemple à l’oeuvre dans un journal régional valaisan, à l’occasion de la parution d’un article présentant la viande comme un moyen de prévention contre le cancer et les carences en fer.
Dans son article, le journaliste faisait référence à un communiqué de l’Union suisse des maîtres-bouchers, selon lequel Felix Gutzwiller, un spécialiste zurichois en médecine préventive, membre du PRD et récemment élu au Conseil national, aurait rendu compte, lors d’un exposé, de la nouvelle orientation des autorités américaines dans leurs recommandations en matière d’alimentation. En 1977, le ministère américain de l’agriculture conseillait encore de réduire la consommation de viande. Aujourd’hui, il préconiserait d’en ingérer 140 à 200 grammes par jour en deux ou trois portions. Toujours d’après l’Union suisse des maîtres-bouchers, la consommation moyenne de viande par habitant en Suisse se monterait actuellement à 120 grammes par jour.
Felix Gutzwiller a beau ne pas être directement à l’origine de la théorie selon laquelle la consommation de viande préviendrait le cancer et les carences en fer, son nom associé à cette révélation percutante suffit néanmoins à rallier un lecteur pressé qui se demande déjà s’il mangera de préférence une escalope ou un rôti au repas du soir.
L’affaire devient plus claire, lorsque l’on examine plus précisément la composition du ministère américain de l’agriculture. A la tête de ce ministère siègent notamment trois dirigeants de l’industrie agroalimentaire (élevage bovin et porcin, industrie de la viande et du conditionnement) nommés à leur poste par le président Reagan. Il va de soi que la carrière de ces politiciens dépend de leur habileté à convaincre les Américains des bienfaits de la consommation de viande.
Dans l’un de ses rapports, le PCRM, Physicians Committee For Responsible Medicine, un groupement à but non lucratif réunissant près de 5000 médecins au nom d’une pratique plus responsable de la médecine, révèle que six des onze membres du bureau national de conseil en matière d’alimentation entretiennent des rapports étroits avec les producteurs de viande, de lait et d’oeufs. Le PCRM les soupçonne même d’empêcher la divulgation de certains documents dont le contenu serait susceptible de déclencher des conflits d’intérêts.
Il constate également que les personnes chargées de protéger les consommateurs contre des manipulateurs sans scrupules ne sont autres que les principaux responsables de l’industrie agroalimentaire. Ainsi, malgré les nombreuses études mettant en lumière l’influence néfaste des produits à base de viande, d’oeufs et de lait sur la santé des consommateurs, la viande et le lait restent les ingrédients principaux des plats servis dans les cantines scolaires américaines aux 26 millions d’élèves dont la moitié souffre de surcharge pondérale.
Le PCRM constate également que le trois quarts de la population mondiale souffre d’une intolérance au lactose. Les Noirs américains semblent particulièrement touchés par les troubles digestifs liés à la consommation de lait et de produits laitiers.
Seul un changement radical des habitudes alimentaires au profit d’un régime végétarien permettrait donc aux Américains de réduire le taux de maladies cardio-vasculaires et d’autres maux dus à un mauvais régime alimentaire.
Pour mettre fin à la politique de désinformation et de propagande menée par les autorités américaines, le PCRM prévoit d’intenter un procès au Department of Health and Human Services (DHHS). La bataille au niveau judiciaire promet d’être rude.
Au niveau personnel, en revanche, il n’y a qu’un moyen pour ne pas être victime d’une propagande odieuse: faire preuve d’esprit critique.
D’après Regi Brugger, 3938 Ausserberg
Madame Brugger organise des jeûnes et des promenades en montagne
Informations au 021 – 945 11 33 ou par courrier électronique regi@gleichgewicht.ch



[en haut

[Retournez à l`index]


   
© Schweizerische Vereinigung für Vegetarismus (SVV) | www.vegetarismus.ch | Impressum